D’YQUEM À FARGUES
« Pourquoi cette obsession déraisonnable ? »

Cette question, Alexandre de Lur Saluces, l’homme qui présida aux destinées d’Yquem et se consacre depuis 2004 à son Château de Fargues, sublime patrimoine du Sauternais, l’a entendue plus d’une fois.

Car dans notre époque qui cultive l’immédiateté, produire un grand sauternes relève de la gageure, d’une folle exigence.

« Dire que ce vin est passé de mode revient a sous-évaluer le nombre des esthètes prêts a un sacrifice pour s’élever au-dessus du sort ordinaire », répond ce descendant d’une lignée qui remonte aux Capétiens.

Dans la postface, Jean-Paul Kauffmann rappelle « Le sauternes ne pâtit que d’une seule tare l’ignorance, qui n’est rien d’autre que l’expression de la paresse [ ] La leçon du sauternes est plus actuelle que jamais elle nous apprend a dépasser I’apparence ».

 Par Alexandre de Lur Saluces
et Marguerite Figeac
Editions Gallimard (39 euros)