MILLÉSIME 2011

PROFIL DU MILLÉSIME

Château de Fargues 2011 : Année très précoce qui livre un grand « classique » alliant superbe concentration et grande fraicheur. Une sorte de mix 2009 et 2007. Les pertes de récolte par pourriture aigre sont largement compensées par l’excellence et l’éclat de la pourriture noble des raisins récoltés.

François Amirault, Responsable de Production Château de Fargues

LES VENDANGES

Après un hiver sec, le printemps 2011 est totalement hors norme avec des températures supérieures de 3 à 4° aux normales : les conditions d’avril sont dignes d’un mois de juin. Ainsi la 1° fleur est observée dès le 9 mai, soit 3 bonnes semaines d’avance sur la normale. La petite alerte caniculaire, durant Vinexpo, grillera quelques raisins déjà à la limite du stress hydrique en raison d’une sécheresse chronique, 50% de déficit en ce 1° semestre. Si juillet laisse un souvenir automnal pour le vacancier, cette fraicheur et ces pluies sont les bienvenues pour le parfait développement de baies déjà bien avancées. Les chaleurs orageuses d’août amènent les raisins à maturité dès le 15 du mois, cela nous rappelle bien 2003 ! L’orage du 2 septembre (25mm), provoque les premiers foyers de pourriture noble mais aussi la prolifération de mouches drosophiles responsables de pourriture aigre.

La 1° trie débute dès le 13 septembre pour 5 jours d’élimination sans pitié des raisins pourris aigres (50% des grappes !). Les grains pourris nobles nous consolent par leur exceptionnelle richesse aromatique et leur grande fraicheur. Soleil et journées bien ventilées assurent une deuxième trie éclair du 21 au 23. Ce cœur de vendange est remarquable dans la densité et l’équilibre des moûts obtenu par association de baies rôties et de quelques grains moins évolués. Sous les 30° l’après-midi, la 3° trie reprend le 26 et s’achève le 3 octobre. Les températures chutent alors brutalement. Les quelques raisins restants n’évoluent plus, ils sont triés pour la dernière fois le 10, après seulement 4 semaines de vendange.

Abondante sur pied en août, mais détruite pour moitié par la pourriture aigre, 2011 reste une faible récolte en quantité mais aussi la plus précoce depuis 2003. Pour obtenir un parfait équilibre, il restait à maîtriser cette grande richesse en degré par un savant mélange des grains, assurant ainsi de surcroît la complexité de gamme aromatique.

Château de Fargues 2011

Notes et critiques dégustation

98
Shows fantastic range, featuring creamed Jonagold apple, papaya, toasted coconut, brioche and pineapple notes, laced with macadamia nut and heather honey details. The long, sweetened butter—filled finish shows citrus oil and bitter almond accents. Displays amazing depth and purity, with the elements glistening beautifully as the finish goes on. Best from 2018 through 2045. 1,250 cases made.
James Molesworth (Wine Spectator) – 31/12/2014

18.5
Light to medium gold. Delicate apricot nose, with some classy oak in the background. It’s understated and needs time to unfurl. This has a fine attack, a silky texture, and great intensity of fruit. The style is racy and zingy, with some toasty oak in evidence. Clearly far from ready, it would ne a shame to broach this now. But it’s tightly packed, very concentrated but with exemplary purity, and should have an excellent future. Very long.
Stephen Brook (The World of Fine Wine) – 12/2015

(94-97)
Still quite raw, with loads of apricot, ginger, green plum, date and papaya flavors that are not yet melded together. Shows ample toasted almond and honey notes on the finish, with terrific depth and power. Very long. There\’s loads here, but this has a long way to go.
James Molesworth – 05/2012

(93-95)
The 2011 de Fargues has a delicate, perhaps slightly more malic bouquet than I was expecting. At present, it is a little more disjointed than its peers although I am sure it will become more cohesive throughout its maturation. The palate shows its true potential: medium-bodied with great tension on the spice-tinged entry. It is cohesive and mellifluous, although at present it does not have the depth or weight of a top flight de Fargues. However, it is precise and beautifully defined on the finish. Drink 2015-2030+
Neal Martin – 05/2012

(18,5 / 5*)
“2011 has greater purity of flavours than 2009, and it also less opulent. It’s all about freshness and precision; the style of 2011 is closer to 2010 and 2001.” Jeannie Cho Lee Great density and unctuous texture that is classic Fargues. Generous, full-bodied, with layers of flavours ranging from dried apricots to sweet honeysuckle and marmalade. Very long, layered and beautifully made. Drink 2025-2047.
Decanter – 05/2012

(18-19)
Peu de lots en 2011. La pluie de fin août a favorisé le développement du botrytis, mais sur une vendange à maturité cela a provoqué d’importants foyers de pourriture aigre. La moitié de la récolte a été éliminée ! La belle trie s’est faite du 21 au 24 septembre et 10 à 15% de raisins dorés ont été incorporés à l’assemblage. La liqueur s’affirme dans un équilibre délicat, la finale est vive. Déjà d’un grand plaisir. Elevage de 36 mois prévu avec un tiers de bois neuf.
Revue du Vin de France – 05/2012

(17)
Mid to deep gold. Not terribly expressive at first and a touch oily on the nose. Ripe, ripe citrus verging on pineapple but freshness of pears and lemon marmalade too. Generous in the middle and a juicy fresh finish. Excellent concentration but an arrow of freshness too. Drink 2018-2030
Julia Harding MW (for jancisrobinson.com) – 05/2012

(95+)
– first UGC tasting (blind) – 25 wines tasted. Over all very high quality and many wines reminding both 2007 and 2009 vintage, some close to 2010 vintage. I’m not sure however, if 2011 vintage can challenge 2001, as I heard it from some wine-people in Sauternes & Barsac. Leaders of the pack – Clos Haut Peyraguey, Coutet, Fargues, Lafaurie Peyraguey, Rieussec, Suduiraut and La Tour Blanche.
Izak Litwar for Greatbordeauxwines.com – 05/2012

(17-18)
Une fois de plus, Sauternes et Barsac s’en sortent mieux que tout le monde (cinq millésimes de suite, c’est épatant). Nicolas de Rouyn /Terres de Vin Grand classique en préparation, beaucoup de rôti et de densité, finale complexe enveloppante, remarquable.
Bettane Desseauve – 05/2012

(91 16,75)
Couleur claire. Nez fin, fruité, frais, subtil et botrytis. Très belle entrée en bouche fondante. Le vin se développe très fruité, sur des nuances tactiles raffinées, avec beaucoup de goût et une belle vivacité finale. Très belle longueur savoureuse. Un succès.
J.M. Quarin – 05/2012

(94-96)
“This is probably the best and most consistent vintage for both dry and sweet whites since 2007.” The World of Fine Wine Fresh and vital to smell; richness, elegance, concentration, freshness; intensely sweet in flavour with a vivid defining acidity; long, racy and refined, a beautiful combination of density, definition, finesse and great purity of vividly lemon edged fruit; a Sauternes with a remarkable aromatic power and complexity, and with exceptional minerally length.
Michael Schuster – 03/2012