La forteresse date du XIVe siècle mais le premier millésime de Fargues date de 1943. Ce qui fait dire à Philippe de Lur-Saluces, avec un humour certain, que « Fargues, c’est une start-up dans le plus vieux domaine bordelais. Ce n’est pas comme cela que nous sommes perçus, certes, mais nous devons être persuadés que nous pouvons inventer, commercialement, sans faire n’importe quoi. Fargues a grandi à l’ombre d’Yquem [propriété des Lur-Saluces avant le rachat par Bernard Arnault,NDLR] et manque de notoriété, il faut le faire exister, et face aux difficultés, le réinventer. On ne va pas adapter le produit au consommateur, ça, c’est l’option école de commerce, mais continuer à faire le meilleur vin possible, on n’a pas d’autre choix. On produit en moyenne 9 hectolitres à l’hectare, là où l’appellation en autorise 25. En sec, on ferait une bouteille quand nous produisons un verre par pied de vigne, avec beaucoup plus de travail. On ne veut pas travestir Fargues. Certes, l’appellation a raté toute une génération. Toucher le consommateur final est très difficile. A nous donc d’éduquer prioritairement les sommeliers et les chefs. Sollicité par Taillevent pour désigner ses cinq plus grands vins, le romancier et critique américain James McInerney a choisi un fargues 1997 proposé sur la poule faisane en feuilleté aux saveurs automnales. L’accord avec le fargues a été le sujet de conversation de ceux qui ont pris le menu et ceux qui ne l’ont pas pris ont choisi ce plat car intrigués par cet accord. Au George V, Eric Beaumard sert du fargues au verre. Ces grandes tables me servent d’exemples auprès des nombreux sommeliers que nous recevons à la forteresse et à qui nous proposons différents accords, en évitant le dessert, avec des vins jeunes, moyens et vieux. C’est à eux d’oser les proposer. Fargues est ainsi servi sur des asperges à La Table du Marensin, notre restaurant d’Uza dans les Landes. »

A Fargues, tél. : 05 57 98 04 20, www.chateaudefargues.com

https://weekend.lesechos.fr/gastronomie-et-vins/vins/0602230384007-neuf-portraits-de-la-nouvelle-generation-de-la-viticulture-2308042.php